D. 

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter CREATION Octobre 2020

Le désir n'est pas une « chose » qui est « là », déterminée une fois pour toute, il est plutôt une ligne de fuite, une tension.  Malgré les fragilités de l'Homme, nous sommes des Êtres changeant, tombant, soulevant, se déchirant, se bornant, craquant, explosant, éclatant …. Et pourtant, la plupart du temps, nous résistons. Le désir est ce qui nous enracine au monde. Il est insatiable, changeant et dissident. Aller là où l'inconnu réside. Déborder. Désirer comme élan de vie.  

​​​​

Interprètes - Aude Le Jeune, Astrid Le Jeune

Regard extérieur - Jean-Pierre Morice

Production - Elodie Biardeau

Lumière - Emmanuel Fornes

17 au 20 2022 Aout festival d'Aurillac.

7 juillet 2022 - verrières en Anjou

Semaine du 11 Avril - Théâtre Philippe Noiret Douée la fontaine

 

25 AU 29 Janvier 2021- reprise CNDC Angers.

 

16 Octobre 2020 - Création,Théâtre de Baugé en Anjou (49)

5 au 9 Octobre - Résidence au Pad Loba, Angers

14 au 18 Septembre - Résidence au studio André Moine CNDC, Angers

7 au 11 Septembre - Résidence à la Balise, fabrique artistique Lorient

16 juillet 2020 -  Les inattendus, Ville de Lorient. ( extraits )

19 juillet 2020 -  Baugé (extraits)

cieduhaut-15662.jpg

VIDEOS 

Extrait 1 / Extrait 2 à Baugé en Anjou, juillet 2020

Teaser salle, D.

Teaser in situ, D.

PHOTOS - Jeff Rabillon et David Ropars 

CLIC  ici plus de photos

Notes d'intention rédigées pendant le confinementt#1 -  Mars 2020

"Des mots comme des fenêtres pour fendre la brutalité de horizon.

Durant de nombreuses années, nous avons reposé sur la croyance que la terre était plate.

On imaginait alors qu'après l'horizon, plus rien n'existait et que les océans, les terres chutaient dans une chute sans fin.

Galilée et Copernic au prix de leurs vies nous ont démontrés le contraire et ce qui parraissait un mensonge est devenue une vérité.

On dit que l'Horizon c'est une étendue du ciel qu'un observateur peut voir de son champs de vision.

Alors qu'arrive t'il quand le cadre de cet observateur s'effondre, , que les ligne de l'horizon s effacent, qu'on ne distingue plus les contours?

Que faisons nous?

Où se place notre regard, où s'installe la vérité?

Peut-être la question est-elle à poser à l'inverse, la vérité a t'elle une seul et même place?"

Aude

"Déborder/ée,  

Over the Rainbow, Oser dépasser ce putain de kilomètre sans raison.

Cesser de retenir, de contenir, risquer de Dire.

Bouillonnement sourd. J’étais bougé par un je ne sais quoi, Je n’avais pas d’autre choix que de me laisser déplacer/ dépasser par ce mouvement. Comme une prise d’otage, un détournement de moi de moi. Mes chaussettes, mes baskets, j’ouvre la porte et pars courir. CRI silencieux, qui dit toute mon incapacité à mettre en mots mes chuchotements et hurlement intérieurs. Un cri qui surgit là ou le langage échoue, ou les mots ne me parlent plus. Je coure, poussée par un élan en avant, sans but, le regard en aller-retour entre dedans et dehors. À force de va et viens, les contours se flouent, s’usent jusqu’à ne plus être nécessaires. Je suis à nouveau au point de départ, il m’est impossible de rentrer maintenant, alors je coure toujours pour continuer vers un je ne sais où. Une peur me saisit, je l’observe, tournant en rond comme un fauve en cage… Je n’ai pas d’autres choix que de me laisser danser dehors. CRI de Fureur et de joie. Ça fait plus d’une heure que je suis dehors, rien à foutre, jouissance du débordement."

Astrid